DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Rien ne va plus entre la Russie et l'Ukraine dans la guerre du gaz.

Vous lisez:

Rien ne va plus entre la Russie et l'Ukraine dans la guerre du gaz.

Taille du texte Aa Aa

Vladimir Poutine proposait ce jeudi aux Ukrainiens des facilités de payement, afin d‘éviter de fermer le robinet de gaz au premier janvier. Mais le prix de 230 dollars le mètre cube ayant déjà été refusé par Kiev, cette proposition de crédit n’avait pas beaucoup de chance d’aboutir. Et de fait, elle a été rejetée par le président Iouchtchenko. Un jeu dangereux pour l’Ukraine dont l’approvisionnement en gaz dépend de l’ex grand frère Russe. Il est loin le temps du mètre cube de gaz à 50 dollars.

A trop aimer l’Europe, l’Ukraine se voit aujourd’hui proposer des prix européens. Car Moscou monnaye son gaz bon marché contre une loyauté politique, c’est ce que confirme cet expert américain en relations internationales : “Vous ne pouvez pas avoir le beurre et l’argent du beurre. Si le gouvernement ukrainien a décidé que l’avenir de l’Ukraine est du côté des Occidentaux, il doit bien savoir que ses relations avec la Russie vont changer”. Mi-décembre, la Russie menaçait de stopper l’approvisionnement de gaz à Kiev, si les Ukrainiens refusaient de payer ce gaz quatre fois plus cher. Reste qu’il y a un accord liant le géant public russe de l‘énergie Gazprom à l’Ukraine, et ce jusqu’en 2009. Mais Gazprom est en situation de force. Chaque année, 112 milliards de mètres cubes de gaz russe transitent par l’Ukraine. La majeure partie va vers les pays occidentaux : Allemagne, Italie, France. L’Ukraine, elle, n’en achète que 34 milliards. Autant dire que les pays européens sont dans leurs petits souliers : un quart de leur gaz vient de Russie. La commission européenne a refusé de jouer les intermédiaires, mais presse Kiev et Moscou de trouver un accord et de le trouver vite.