DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La crise russo-ukrainienne du gaz menace l'UE : réunion d'urgence mercredi

Vous lisez:

La crise russo-ukrainienne du gaz menace l'UE : réunion d'urgence mercredi

Taille du texte Aa Aa

La crise du gaz paralyse Kiev et Moscou mais c’est Bruxelles qui tremble. A cause de ce bras de fer sans concession, c’est l’Europe qui pourrait manquer de gaz naturel. Du coup, la Commission européenne a convoqué en urgence une réunion d’experts dans la capitale belge mercredi, pour décider de la marche à suivre. Un quart du gaz naturel consommé en Europe occidentale vient de Russie via l’Ukraine. Alors lorsque le Géant russe de l‘énergie, l’entreprise publique Gazprom, hausse le ton à Moscou, c’est à Bruxelles que l’on frémit.

Le patron de Gazprom a répété ce vendredi qu’il couperait le robinet de gaz le 1er janvier si les Ukrainiens ne cèdent pas, les Ukrainiens à qui il a été demandé de payer leur gaz 4 fois plus cher. “Si l’Ukraine ne signe pas le nouveau contrat gazier”, a menacé Alexei Miller, “le premier janvier à 10 heures, heure de Moscou, la Fédération russe arrêtera complètement ses livraisons à son client ukrainien”.

La Russie va en fait baisser la pression de gaz dans le gazoduc, ce qui diminuera le volume de gaz transitant par là. Un volume équivalent à 112 milliards de mètres cubes de gaz par an. Le pipeline devrait donc continuer à alimenter normalement l’Europe, à moins que l’Ukraine ne décide de se servir à la source et vole le gaz qui transite par son territoire.

En Ukraine, le Président Iouchtchenko essaye de gagner du temps. Il a proposé à Moscou un gel du prix du gaz jusqu’au 10 janvier. Gazprom a immédiatement refusé. Ainsi, le président ukrainien se prépare au cataclysme. L’hiver est rude en Ukraine, et la survie de l’industrie lourde repose sur le gaz naturel.