DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Nouveau coup dur contre le régime syrien

Vous lisez:

Nouveau coup dur contre le régime syrien

Taille du texte Aa Aa

Bachar Al-Assad avait menacé Rafic Hariri quelques semaines avant son assassinat. Cette accusation, ainsi que d’autres impliquant directement le président syrien dans le meurtre de l’ancien Premier ministre libanais, émanent de l’ex vice-président de la Syrie.

Abdel Halim Khaddam a démissionné en juin dernier de toutes ses fonctions et habite depuis à Paris. C’est de là qu’il a donné cette interview à la chaîne al-Arabiya, multipliant les déclarations mettant en cause le régime syrien. Un régime dont il était une figure majeure, il fut notamment l’architecte de la politique de Damas au Liban. Abdel Alim Khaddam a notamment affirmé que les services de sécurité n’auraient pas pu assassiné Rafic Hariri sans que le président Assad ne fut au courant. Les déclarations du vice-président démissionnaire vont en tous cas dans le sens des conclusions de la commission d’enquête de l’Onu, chargée de faire la lumière sur l’attentat du 14 février dernier à Beyrouth. Une commission qui a mis en cause les services syriens et leurs alliés libanais. Jusqu‘à présent quatre hauts responsables de la sécurité libanaises ont été mis en examen pour cet assassinat. La Syrie, elle, n’a jamais cessé de clamer son innocence.