DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La Russie coupe les vivres à l'Ukraine et l'Europe tremble.

Vous lisez:

La Russie coupe les vivres à l'Ukraine et l'Europe tremble.

Taille du texte Aa Aa

Le gaz est une arme et Moscou, premier producteur mondial sait s’en servir à toutes fins utiles, ainsi l’a-t-elle démontré à Kiev. Dès le début de la crise, on s’est inquiété en Europe des répercussions possibles. Une fois la menace russe mise à exécution, celles-ci se sont fait sentir dans les pays concernés par l’approvisionnement en gaz russe via l’Ukraine. Pour les dirigeants de Gazprom, c’est clair, Kiev se sert :

“ Nous avons des informations selon lesquelles l’Ukraine a commencé à prélever le gaz russe en transit destiné aux consommateurs européens.” Sur le vieux continent, on espère voir le différend se régler rapidement. le quart du gaz que consomme l’Europe vient en effet de Russie, dont 80 % passent par l’Ukraine. Les principaux clients européens de Gazprom, ce sont l’Allemagne, l’Italie, la France et la Hongrie, la Turquie également. Si l’Allemagne achète plus d’un tiers de son gaz à la Russie, l’Italie, un peu moins, d’autres pays comme la Pologne ou les Etats Baltes en dépendent entièrement .

“Il n’y aura pas d’effets sur les consommateurs estime ce distributeur allemand. Ils ne doivent pas s’inquiéter, ils seront approvisionnés normalement, mais à long terme, si les choses s’aggravent en Russie, des coupes limitées ne sont pas à exclure”. En tous cas les situations sont différentes d’un pays à l’autre. L’Europe n’a pas de stock commun. Si avec respectivement 75 et 45 jours de consommation de réserve, l’Allemagne et la France peuvent être tranquilles, la Pologne et le Royaume Uni qui ne disposent que de deux semaines sont moins sereins Les accusations russes se fondent sur une déclaration ukrainienne stipulant que Kiev aurait droit à 15 % du gaz russe transitant sur son sol en paiement de ce transit. Moscou en a donc déduit que les Ukrainiens se serviraient directement si les Russes coupaient les vannes. L’ont-ils fait, aux dépends de leurs amis européens? Ou les russes ont-ils sciemment diminué la pression? Quelque soit l’explication, l’Europe est préoccupée.