DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Retour à la case négociations dans la guerre russo-ukrainienne du gaz.

Vous lisez:

Retour à la case négociations dans la guerre russo-ukrainienne du gaz.

Taille du texte Aa Aa

Pour la première fois depuis l‘échec des discussions entre les deux parties dans les dernières heures de 2005, une délégation ukrainienne s’est rendue hier soir à Moscou pour tenter de mettre un terme au conflit.

Mais à en juger la position du géant russe Gazprom qui n’a “aucune intention de faire des compromis”, selon son porte-parole Sergueï Kouprianov, le bras de fer risque bien de se prolonger. Pour Gazprom, l’Ukraine doit payer 230 dollars pour mille mètres cubes de gaz, contre 50 dollars en 2005. Les résultats des négociations seront dévoilés ce matin, a déclaré le porte-parole du groupe gazier russe. Les deux camps sollicitent la médiation de l’Europe, elle-même inquiète de sa dépendance énergétique vis-à-vis de la Russie. Après deux jours de perturbations, Moscou a rétabli l’approvisionnement de gaz expédié vers l’Europe via le territoire ukrainien. La Russie, qui accuse Kiev de voler du gaz russe destiné aux Européens, a demandé aux 25 de faire pression sur l’Ukraine. Kiev qui nie tout vol a réclamé de son coté à l’Union l’envoi d’experts pour vérifier le débit de gaz. La Moldavie, qui a le même contentieux que l’Ukraine, a fait son apparition sur la scène internationale en demandant formellement à l’Union de faciliter les négociations avec Moscou. En Europe, un quart du gaz consommé vient de Russie, dont 80% transite par l’Ukraine. Une réunion d’experts convoquée par la Commission Européenne est prévue aujourd’hui à Bruxelles pour discuter des conséquences du différend ukraino-russe. Le président ukrainien, Viktor Iouchtchenko, qui avait déjà demandé lundi à l’Union son soutien face à Moscou, dénonce une vengeance impériale de la part du Kremlin.