DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Ali Agca, l'homme qui voulait tuer Jean-Paul II sera libre ce jeudi

Vous lisez:

Ali Agca, l'homme qui voulait tuer Jean-Paul II sera libre ce jeudi

Taille du texte Aa Aa

Après avoir purgé 19 ans de prison en Italie, cet ancien militant ultra-nationaliste turc avait été gracié en 2000 puis extradé en Turquie dans cette prison d’Istanbul où il avait été incarcéré pour vol et pour meurtre.

La justice turque lui avait signifiée sa prochaine libération le 9 janvier dernier. Mais à 48 ans, Agca devra se rendre dès sa sortie de prison dans un bureau d’enrôlement de l’armée car il n’a jamais accompli son service militaire obligatoire. La vie d’Ali Agca bascule le 13 mai 1981. Agé alors de 23 ans, il tire trois fois sur Jean-Paul II qui traverse la place St Pierre à bord de sa Jeep blanche découverte acclamé par la foule. Grièvement blessé, le pape subit une lourde intervention chirurgicale mais sa robuste constitution lui permet de surmonter cette épreuve. Jean-Paul II, encore hospitalisé, pardonne publiquement à Ali Agca et le 27 décembre 1983 il lui rend visite dans sa cellule romaine. Les deux hommes parlent longuement. Agca confie au pape qu’il se considérait comme un tireur infaillible mais Jean-Paul II lui affirme que c’est la Vierge de Fatima qui l’a sauvé. Durant leur rencontre, peut être ont-ils évoqué les commanditaires de l’assassinat. Aujourd’hui encore, le mystère perdure et plusieurs pistes continuent à circuler comme celle menant aux services secrets bulgares qui auraient agi sur ordre du KGB. Le pape polonais gênait alors beaucoup le Kremlin. Depuis la mort de Jean-Paul II, le 2 avril dernier, Agca affirme porter le deuil de son “frère spirituel”.