DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Grippe aviaire : les spécialistes européens demandent plus de contrôle et d'information

Vous lisez:

Grippe aviaire : les spécialistes européens demandent plus de contrôle et d'information

Taille du texte Aa Aa

Plus de surveillance et d’information, c’est ce que réclament les experts des 25 face à la progression de la grippe aviaire en Turquie. Réunis hier au Luxembourg, les spécialistes en épidémiologie de l’Union européenne n’ont cependant pas jugé que de nouvelles mesures étaient nécessaires. De leur côté des chercheurs britanniques ont indiqué qu’une des victimes turques de la grippe aviaire a été, semble-t-il, touchée par une forme mutée a priori plus dangereuse pour l’homme.

Malgré les différentes opérations de décontamination et l’abattage de volaille la Turquie compte désormais 18 cas d’infections humaines, dont 3 mortels depuis la fin du mois de décembre dernier. Le troisième cas mortel a été confirmé hier. Selon Ankara, le virus de la grippe aviaire, le H5N1 est présent dans 11 des 81 provinces turques dont celles de l’est où les cas mortels ont été enregistrés. Les soupçons planent sur 14 autres provinces. Les voisins de la Turquie s’inquiètent, prennent ou renforcent des mesures.Ainsi l’Iran a décidé hier de tuer 50 000 volailles dans la région bordant la frontière turque. Pour le directeur de l’OMS, l’Organisation Mondiale de la Santé, les cas en Turquie montre que la “situation empire chaque mois” et que “la menace d’une pandémie s’accroît de jour en jour.” Des experts internationaux réunis à Tokyo hier ont estimé que les services sanitaires devaient accélérer les tests de détection de la grippe aviaire et que les gouvernements devaient stocker des médicaments pour limiter les conséquences d’une éventuelle pandémie. Des organismes, comme l’Onu, ont également fait des appels à des fonds.