DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Immigration : l'Europe muscle sa politique, tout en annonçant des projetsd'assistance

Vous lisez:

Immigration : l'Europe muscle sa politique, tout en annonçant des projetsd'assistance

Taille du texte Aa Aa

Mieux gérer les afflux de clandestins avant qu’ils ne tournent au drame humain, comme ce fut le cas cet été à Ceuta et Melilla. C’est l’objectif des équipes d’intervention mobile que l’Union européenne compte mettre sur pied dans les mois qui viennent. Ces équipes seraient constituées d’interprètes, de personnel médical et de psychologues. En se prononçant pour, les ministres de l’Intérieur, réunis à Vienne, ont voulu montrer que leur politique d’immigration ne se résumait pas à l‘édification d’une Europe-forteresse. Le commissaire européen Franco Frattini :

“Notre but n’est pas d‘établir des corps administratifs, notre but est d’apporter une aide pratique à des personnes désespérées qui ont besoin d’assistance.” Pour autant, l’Europe ne renonce pas à lutter contre l’immigration clandestine et à filtrer les demandes d’asile. Ainsi, l’idée d’une liste des pays “sûrs” a refait surface. Les réfugiés originaires de ces pays, jugés sûrs en termes de droits de l’Homme, auraient en clair peu de chances de voir aboutir leur demandes d’asile.

Enfin, les ministres ont approuvé l’idée de centres d’accueils dans des pays tiers pour intégrer ou rapatrier les réfugiés avant qu’ils n’atteignent l’Europe. Quatre projets pilotes devraient être lancés cette année en Tanzanie, au Bélarus, en Ukraine et en Moldavie. Ils comprendraient des programmes de formation et de création d’emploi.