DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La diplomatie toujours à l'épreuve du nucléaire iranien

Vous lisez:

La diplomatie toujours à l'épreuve du nucléaire iranien

Taille du texte Aa Aa

Alors que Mahmoud Ahmadinejad, le président iranien est en visite en Syrie, les discussions pour tenter de dénouer la crise se poursuivent. La Chine et la Russie prônent toujours la patience et la retenue.

Mais la Troïka européenne a maintenu aux 2 et 3 février, la réunion extraordinaire de l’AIEA. Une réunion qui est un préalable à une éventuelle saisine du Conseil de Sécurité des Nations Unies. Les Américains et les Européens maintiennent leur pression comme le rappelle Condoleezza Rice, la secrétaire d’Etat américaine :“Je pense que c’est aux Iraniens de prendre leurs responsabilités et de nous montrer qu’ils sont sérieux. Les Européens et notamment la France nous ont déjà prouvé que ce n‘était pas le cas et que les discussions seraient inutiles”. Javier Solana, le haut représentant pour la politique étrangère de l’Union européenne partage cet avis :“Je pense que la situation est claire et la secrétaire d’Etat vient de la rappeler, l’heure de prendre des décisions est venue, nous devons convoquer une réunion extraordinaire de l’AIEA à Vienne puis renvoyer ce dossier devant le Conseil de Sécurité”. L’Iran ne ferme pas la porte à un compromis mais ce dernier ne doit pas impliquer un retour au gel de ses activités nucléaires.