DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La ministre britannique de l'Education propose des réformes drastiques

Vous lisez:

La ministre britannique de l'Education propose des réformes drastiques

Taille du texte Aa Aa

Ruth Kelly fait son mea-culpa et présente ses solutions. La ministre britannique de l’Education prise dans le scandale des délinquants sexuels autorisés à travailler dans l’enseignement a annoncé devant la chambre des Communes une nouvelle législation pour mieux protéger les élèves des éventuels pédophiles.

“Je regrette profondément les inquiétudes et les soucis des parents suscités ces derniers jours. Je suis déterminée à tout faire pour soulager leurs inquiétudes. La commission que j’ai mise en place a identifié 10 cas depuis 1997. Ces individus ne représentaient pas de menace pour les enfants” a expliqué la ministre. Depuis le début de l’affaire, l’opposition conservatrice n’a cessé de demander la démission de Ruth Kelly. David Willits : “Je pense que la Secrétaire d’Etat est une personne honorable. Mais il ne tient qu‘à elle et à sa conscience de savoir si elle capable de regagner la confiance des parents et des enseignants qui ont souffert de tant d’anxiété, de soucis et d’inquiétude”. Dans une Grande-Bretagne encore sous le choc des meurtres des petites Holly et Jessica près de Cambridge en 2002, l’affaire fait scandale. Leur assassin Ian Huntley occupait le poste de concierge dans leur collège malgré son implication dans un viol et des relations sexuelles avec des mineurs. Désormais, les écoles britanniques auront l’obligation de demander le casier judiciaire des personnes qu’elles emploient. D’autre part la décision de placer un délinquant sexuel sur le fichier de ceux qui n’ont pas le droit de travailler avec des enfants sera confiée à des experts indépendants. La nouvelle loi sera présentée dès février.