DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Irak : l'ultimatum des ravisseurs de Jill Carroll expire

Vous lisez:

Irak : l'ultimatum des ravisseurs de Jill Carroll expire

Taille du texte Aa Aa

Le père de Jill Carroll a lancé un appel désespéré sur des chaînes de télévision arabes. L’ultimatum donné par les ravisseurs de la jeune journaliste américaine expire ce vendredi. Ils menacent de la tuer si les femmes détenues par l’armée américaine en Irak ne sont pas libérées. Mais le Pentagone ne cède pas : “cette libération n’est pas imminente”, indique un porte-parole.

Jill Carroll, si l’on en croit ses proches, est une passionnée de l’Irak. Depuis 2003, la jeune femme de 28 ans y travaille comme free-lance pour plusieurs journaux américains. Elle a été enlevée le 7 janvier dernier dans l’ouest de Bagdad par un groupe armé encore inconnu. Lors de l’attaque, son interprète irakien a été tué. “Si le but de cet enlèvement était de faire libérer les femmes irakiennes prisonnières, réagit un Irakien, alors c‘était légitime. Mais si c‘était un acte terroriste, nous le dénonçons”. “Nous condamnons ces rapts, dit une femme, qui n’existaient pas avant dans notre pays. Mais nous appelons aussi à la libération des Irakiennes détenues, sauf si elles sont coupables. Dans ce cas, elles doivent être punies”. En comptant cette jeune otage américaine, 35 journalistes ont été enlevés en Irak depuis le début de la guerre.