DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Iran et son président Mahmoud Ahmadinejad n'ont plus qu'à attendre

Vous lisez:

L'Iran et son président Mahmoud Ahmadinejad n'ont plus qu'à attendre

Taille du texte Aa Aa

C’est à présent l’Agence internationale de l‘énergie atomique (AIEA) qui peut décider – ou non – de traduire l’Iran devant le Conseil de sécurité des Nations unies. L’autorité est réunie en urgence aujourd’hui à Vienne.

L’Iran, de son côté, s’entête et continue à menacer. Ashgar Soltanieh, représentant iranien à l’AIEA : “Notre gouvernement arrêtera de coopérer avec l’AIEA si le Conseil de sécurité est saisi. Cela veut dire que nous arrêterons le protocole additionnel du Traité de non-prolifération, cela veut dire que nous n’accepterons plus les inspections surprise. Nous en avons déjà autorisées vingt”. France, Etats-Unis, Grande-Bretagne, Allemagne, Chine et Russie soupçonnent toujours l’Iran de travailler à l’obtention de l’arme nucléaire. Téhéran s’en défend et assure que son programme atomique n’a que des fins civiles et pacifiques. George Bush, le président américain, sait lui que son allié le plus précieux, Israël, est déjà dans la ligne de mire de l’Iran. Il a réaffiché sa détermination hier : “J’ai parlé au gouvernement iranien et je leur ai dit, le monde va continuer à faire front commun pour dire que vous ne pouvez pas avoir d’armes nucléaires. Mais j’ai aussi parlé à la population car je crois qu’elle désire être libre”. Le Conseil de sécurité a prévenu de toutes façons qu’aucune décision ne serait prise avant le 6 mars.