DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Colère des familles à Safaga en Egypte

Vous lisez:

Colère des familles à Safaga en Egypte

Taille du texte Aa Aa

Sans nouvelles de leurs proches, plus de 36 heures après le naufrage du ferry en mer Rouge, les familles des victimes n’ont pas hésité à affronter les forces de police pour se rapprocher du quai dans le port de Safaga en Egypte.

Pierres à la main, elles ont franchi les trois cordons successifs de sécurité, pour retrouver près de l’eau la longue attente et l’angoisse de ne pas être informées. Selon les derniers bilans, plus de 350 personnes ont été retrouvées vivantes après le naufrage. Près de 200 cadavres ont été repêchés. Neuf cent victimes sont encore portées disparues. D’après les premières données de l’enquête, un feu est à l’origine de la catastrophe. Outre la lenteur des secours, plusieurs dysfonctionnements ont été rapportés par les rescapés : le commandant de bord aurait refusé de faire demi-tour malgré le feu, et le nombre de canots et de gilets de sauvetage était insuffisant. Le ferry faisait de nuit la liaison entre le port saoudien de Douba et Safaga. Le président Hosni Moubarak s’est rendu au chevet des blessés. Les recherches n’ont pas encore été abandonnées, mais l’espoir de retrouver encore des survivants est de plus en plus mince, d’autant plus que les eaux de la mer Rouge sont infestées de requins.