DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Situation critique pour les deux otages allemands en Irak

Vous lisez:

Situation critique pour les deux otages allemands en Irak

Taille du texte Aa Aa

Toujours pas de contact avec les ravisseurs, un ultimatum qui a expiré vendredi, voilà la situation inquiétante au sujet des deux ingénieurs allemands retenus en otage depuis le 24 janvier en Irak.

Le ministre allemand des Affaires étrangères, Frank-Walter Steinmeier, s’est adressé directement aux preneurs d’otages : “J’en appelle aux kidnappeurs : Tenez compte de la détresse des familles. Thomas Nitschke et Rene Braeunlich étaient en Irak pour contribuer à l’amélioration du niveau de vie des Irakiens. Angela Merkel et moi-même vous demandons, et ce au nom de tous les Allemands, de libérer nos deux ressortissants sains et saufs”. Le ministre allemand a aussi reconnu que la cellule de crise n‘était pas parvenue à établir le contact avec les ravisseurs. Dans une vidéo diffusée mardi sur Al-Jazira, ces derniers menaçaient d‘éxécuter les otages si, sous 72 heures, le gouvernement allemand ne cessait pas toute collaboration avec le nouveau régime irakien. Les ravisseurs réclament aussi le départ des entreprises allemandes présentes dans le pays. Berlin, pourtant opposé à l’invasion américaine de l’Irak en 2003, a déjà connu un cas de prise d’otage, l’archéologue Susanne Osthoff, qui a finalement été libérée en décembre.