DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Egypte : l'attente insupportable des familles

Vous lisez:

Egypte : l'attente insupportable des familles

Taille du texte Aa Aa

Huit cents personnes restent toujours portées disparues après le naufrage du ferry égyptien en mer Rouge. A Safaga, les familles passent par un hangar où défilent les photos des personnes mortes dans l’accident. Certaines espèrent encore, d’autres se résignent.

Les recherches n’ont pas encore été abandonnées. Beaucoup gardent espoir. Ainsi un petit garçon de six ans a passé plus de 36 heures dans l’eau avant d‘être secouru. Beaucoup de colère anime les familles des victimes. Le manque d’information et de communication pèse. Furieux contre le gouvernement et la compagnie maritime, ils n’hésitent pas à s’en prendre aux forces de l’ordre.La lenteur des secours, les négligences et le laxisme dans les contrôles maritimes, sont autant de raisons de leur énervement. Le ferry faisait la liaison entre Douba en Arabie Saoudite et Safaga en Egypte. Dans la nuit de jeudi à vendredi, un feu s’est déclenché sur le navire. Selon les rescapés, le capitaine a refusé de faire demi-tour. Le bateau a fini par chavirer. Il n’a mis que quelques minutes pour sombrer.