DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'espoir d'une élection présidentielle pour les Haïtiens

Vous lisez:

L'espoir d'une élection présidentielle pour les Haïtiens

Taille du texte Aa Aa

Rongé par la misère, asphyxié par la violence, Haïti tient aujourd’hui des élections présidentielles et législatives. Les premières depuis le départ forcé de Jean-Bertrand Aristide, en février 2004. Sur la trentaine de candidats, c’est René Préval le favori. Le poste de président, il le connaît bien pour l’avoir occupé à la fin des années 90.

René Préval, 63 ans, est le candidat du petit parti “L’espoir”. Il bénéficie du soutien des franges les plus pauvres de la population. Les derniers sondages lui prédisaient une large avance sur ses rivaux, et notamment sur Charles Henri Baker, riche industriel de 50 ans, crédité de seulement 10% des intentions de vote. Depuis novembre, ce scrutin présidentiel a déjà été reporté à quatre reprises. Des problèmes de logistique et de sécurité ont tour à tour été invoqués. Pour garantir le succès de la cinquième tentative, les 9.000 casques bleus de la Minustah ont été mobilisés. La violence ne doit pas venir gâcher cette journée. Les soldats de l’Onu veillent à la sécurité des électeurs, voire des mulets chargés d’acheminer tout le matériel nécessaire à l‘élection dans les zones les plus reculées du pays. Les Haïtiens espèrent que ce scrutin constituera le point de départ d’une nouvelle ère. Parmi les principaux enjeux, la lutte contre la misère, véritable gangrène en Haïti. Un pays dans lequel 10% des enfants meurent avant d’atteindre l‘âge de quatre ans alors que 7% de ceux qui survivent connaissent l’esclavage.