DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Irak : la guerre des mosquées

Vous lisez:

Irak : la guerre des mosquées

Taille du texte Aa Aa

Depuis le début de la matinée, l’Irak a plongé dans la “guerre des mosquées” après la destruction partielle d’un des lieux saints chiites à Samarra, au nord de Bagdad. Une destruction synonyme de représailles contre des lieux de cultes sunnites à travers tout le pays. Représailles meurtrières aussi. Six sunnites, trois imams et trois fidèles, ont été tués et 27 mosquées sunnites attaquées dans la capitale, Bagdad.

Ces débordement ont eu lieu en dépit des appels au calme lancés par les autorités religieuses des deux communautés musulmanes et du gouvernement, qui ont appelé à ne pas tomber dans le piège de la guerre civile. La partie droite du mausolée, haut-lieu de pélerinage chiite, a été ravagée par une double explosion. Le dôme en or a été détruit et le revêtement en mosaïque turquoise a été totalement soufflé. Un commando serait entré mardi soir dans le mausolée avant de placer des charges qui ont explosé, tôt mercredi matin. Des manifestants ont saccagé la mosquée Abbassiyah dans la ville sainte chiite de Kerbala, à 110 km au sud de Bagdad, alors qu‘à Bassorah, à 550 km au sud de la capitale, des hommes armés ont tiré des rafales sur un lieu de culte sunnite. Lors d’une attaque d’un siège du Parti islamique une personne a été tuée et 14 autres blessées. Une situation explosive qui a contraint la plus haute autorité chiite a réagir. L’Ayatoallah Ali Sistani a appelé à manifester dans le calme.