DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Union européenne lance un message ferme à Belgrade

Vous lisez:

L'Union européenne lance un message ferme à Belgrade

Taille du texte Aa Aa

Le Premier ministre Serbe, Vojislav Kostunica assure que son gouvernement fait tout son possible pour accomplir ses obligations envers le Tribunal Pénal International. Une déclaration qui intervient après la menace formulée par Bruxelles d’une perturbation, voire d’une interruption des négociations entre l’Union européenne et Belgrade. L’avenir européen de la Serbie-Monténégro est en effet conditionné à l’arrestation de l’ancien chef militaire des Serbes de Bosnie, Ratko Mladic. Agé de 63 ans, Mladic a été inculpé en 1995 avec le chef politique des Serbes de Bosnie, Radovan Karadzic, de génocide, dans le cadre du siège de Sarajevo qui a fait 12 000 morts et pour avoir organisé le massacre de 8 000 musulmans à Srebrenica.

Les rumeurs se sont succédées cette semaine concernant l’arrestation de Ratko Mladic. Selon les Néerlandais, les autorités serbes négocieraient sa reddition au Tribunal Pénal International.

En tous cas, le commissaire européen à l’Elargissement, Olli Rehn, a mis les points sur les i :“Nous avons dit très clairement à moins d’une pleine coopération avec le TPI nous ne pouvons empêcher une perturbation de l’accord de stabilisation et d’association.” Les ministres européens des Affaires étrangères se réunissent lundi et devraient donc officiellement avertir les autorités serbes que les négociations pour un accord commercial sont perturbées, à moins que d’ici là Ratko Mladic soit transféré au Tribunal International à la Haye.