DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'Italie proteste contre le projet de fusion Suez-GDF

Vous lisez:

L'Italie proteste contre le projet de fusion Suez-GDF

Taille du texte Aa Aa

Les craintes d’un renforcement du protectionnisme économique en Europe ont augmenté après le projet de fusion entre les groupes français Suez et GDF pour contrer le désir d’expansion de l’italien Enel. La commission européenne ne voit pas dans cette fusion de violation de la législation sur la concurrence mais n’en pense pas moins.

« Je pense que le protectionnisme n’est jamais la solution, affirme le vice-président de la Commission l’italien Franco Frattini. C’est l’intérêt européen qui doit prévaloir. L’engagement de la Commission est de permettre à l’intérêt européen de toujours prévaloir ».

Si les opérations de consolidation du secteur se réalisent, on se trouvera en face de mastodontes en termes de capitalisation boursière. Les obstacles posés par le gouvernement français à la consolidation européenne du secteur – mais il n’est pas le seul – montrent l’importance du secteur de l‘énergie aux yeux des autorités politiques.

Pour Philippe de Buck, secrétaire général de l’institut Unice, “c’est un fait que le gouvernement français est dans Gaz de France, donc le gouvernement français va jouer un rôle, c’est aussi clair que cela. Les gouvernement se sont souvent préoccupés de l‘énergie : c’est un élément sensible pour l‘économie nationale.”

Pour le ministre italien de l’Industrie il s’agit en tous cas d’une énorme violation du droit communautaire : Claudio Scajola souhaite porter l’affaire devant les instances européennes.