DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Un ancien chef de la guérilla albanaise Premier ministre du Kosovo

Vous lisez:

Un ancien chef de la guérilla albanaise Premier ministre du Kosovo

Taille du texte Aa Aa

“Je suis prêt à accepter le poste de Premier ministre dans l’intérêt du Kosovo”. C’est ce qu’a déclaré Agim Ceku, ancien chef de la guérilla albanaise, lors de sa rencontre avec le chef de la mission de l’ONU au Kosovo, la MINUK. Après la démission de Bajram Kosumi hier, le président du Kosovo, a chargé Agim Ceku, actuel commandant du corps de protection du Kosovo, de former un nouveau gouvernement en accord avec la coalition au pouvoir.

Le Kosovo, province serbe à majorité albanaise, est sous tutelle de l’ONU depuis 1999, et n’a toujours pas de statut définitif. Serbes et Albanais du Kosovo se sont retrouvés la semaine dernière à Vienne pour un premier cycle de négociations directes sur l’avenir du Kosovo. Les négociations vont se poursuivre mais l’accession au poste de Premier ministre d’Agim Ceku, risque de dégrader le climat des rencontres. Car Ceku était l’un des principaux chefs de l’UCK, l’armée de libération du Kosovo qui combattait les forces serbes pendant le conflit de 1998-1999. La Serbie l’a même inculpé de crimes de guerre en 1999. Côté européen et onusien, les réactions sont en revanche plutôt neutres. Le médiateur en chef de l’ONU pour le Kosovo, Martti Ahtisaari: “Je ne vois pas de conséquences, d’effets négatifs sur le processus de négociations”. A Bruxelles, la commission européenne s’est refusé à dire si ce choix de Premier ministre était bon ou mauvais. Un tel développement fait partie du processus politique normal de n’importe quel pays a-t-elle fait savoir.