DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Irak: La violence empoisonne la vie politique

Vous lisez:

Irak: La violence empoisonne la vie politique

Taille du texte Aa Aa

La violence sous toutes ses formes en Irak. 50 personnes, salariées d’une compagnie commerciale ont été enlevées mercredi après-midi à Bagdad par une dizaine d’hommes armés. Aucune revendication pour le moment.

Hier soir, 18 personnes, des civils, ont été retrouvées mortes dans un bus à Bagdad, tuées par balles ou étranglées. Huit autres personnes ont été tuées ce mercredi dans une série d’attaques dans la capitale irakienne. Un attentat a également visé un convoi du ministère de l’Intérieur. Bilan: un mort. Déferlement de violence également à Falloujah, Baakouba et Bassorah. Sur le plan politique, c’est l’impasse. Alors que tout semblait indiqué que le Chiite Ibrahim Jaafari allait être reconduit au poste de Premier ministre, une partie de la classe politique s’y oppose aujourd’hui, à commencer par le président lui-même Jalal Talabani. Motif: le chef du gouvernement sortant ne fait pas l’unanimité. Il a pourtant été choisi par la coalition des chiites conservateurs, majoritaires au Parlement. Mais ce choix est contesté par les Kurdes, les Sunnites et la liste des chiites laïques. Conséquence: la formation d’un nouveau gouvernement est retardée et la tenue de la première session du Parlement, prévue pour dimanche, pourrait être reportée.