DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Discussions préliminaires à l'Onu sur le dossier brûlant du nucléaire iranien

Vous lisez:

Discussions préliminaires à l'Onu sur le dossier brûlant du nucléaire iranien

Taille du texte Aa Aa

Les ambassadeurs des cinq membres permanents du conseil de sécurité de l’Onu se sont réunis hier pour jeter les bases d’un futur texte du conseil. Objectif : trouver une réponse appropriée aux velléités nucléaires de Téhéran. Mais il faut que tout le monde s’entende sur les mesures à prendre contre l’Iran, la Russie comme le rappelle son ministre des Affaires étrangères, est contre des sanctions, les sanctions qui n’ont jamais résolu les crises dans l’histoire récente, constate Sergueï Lavrov.

Le conseil des gouverneurs de l’Agence internationale de l‘énergie atomique a décidé hier de transmettre au conseil de sécurité son dernier rapport sur l’Iran. Pour le chef de l’agence, Mohamed El Baradei, on est encore dans une logique diplomatique : “ce qu’il faut maintenant c’est une approche posée, il faut baisser le ton. Nous devons continuer à voir comment on peut avancer. C’est un dossier qui va prendre du temps, qui ne sera pas résolu demain”.

Appel à la retenue et au dialogue, du côté de l’AIEA. Côté iranien, on a bien l’intention de poursuivre les activités d’enrichissement d’uranium, en répondant par la menace aux menaces de Washington : “Les Etats-Unis ont peut- être le pouvoir de nous faire souffrir, mais ils peuvent aussi souffrir”, dit le délégué iranien. La tension est très vive, le conseil de sécurité de l’Onu devra donc être prudent s’il veut contraindre le président iranien. Selon Washington, Téhéran aurait actuellement la capacité de fabriquer plus de 10 bombes atomiques.