DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Espagne : quatre bombes, deux explosions et pas de victime

Vous lisez:

Espagne : quatre bombes, deux explosions et pas de victime

Taille du texte Aa Aa

Un vent de panique a soufflé sur le réseau routier espagnol ce jeudi matin. Le responsable : l’organisation terroriste séparatiste basque. Après avoir averti anonymement la police basque espagnole, l’ETA a fait sauter une charge de 3 kilos d’explosifs près de l’autoroute reliant Bilbao à Santander. Puis un peu plus tard, une autre entre Pampelune et Logrono. L’ETA avait indiqué la localisation des bombes, ce qui a permis aux autorités de mettre en place des barrages pour arrêter le trafic.

Cette action vient semble-t-il saluer l’appel à la grève générale lancé par Batasuna, formation politique interdite pour ses liens présumés avec l’ETA. L’objectif de cette journée de mobilisation de la gauche indépendantiste au pays basque espagnol est de dénoncer les conditions de vie des prisonniers de l’ETA. La semaine dernière, deux détenus sont morts. Un membre de l’ETA, condamné à 30 ans de prison, s’est suicidé et un syndicaliste basque est décédé d’une crise cardiaque. Ces décès ont provoqué des manifestations. Des familles de détenus ont une nouvelle fois réclamé le transfert des prisonniers dans des prisons basques. La question des prisonniers de l’ETA est un des points clefs des revendications des indépendantistes basques. Une question donc cruciale en ce moment alors que des rumeurs de négociations entre Madrid et l’ETA courent depuis le début de l’année.