DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La société multiculturelle nééerlandaise en question depuis la mort de Theo Van Gogh

Vous lisez:

La société multiculturelle nééerlandaise en question depuis la mort de Theo Van Gogh

Taille du texte Aa Aa

Avant sa mort, Theo Van Gogh n‘était pas très connu hors de son pays, sa mort a suscité un vif débat sur le modèle néerlandais de societé multiculturelle, à l’intérieur, et à l’extérieur des Pays-Bas. Pour Theodor Holman, qui a travaillé avec Van Gogh, cet assassinat a ouvert une boite de Pandore : “A ce moment-là, ça a été l’insécurité dans les rues, vous pouviez être attaqué, la liberté de parole a totalement disparu, ce n’est pas qu’elle soit interdite, c’est que vous n’osez pas tout dire, par conséquent, vous tuez une personne, et brusquement c’est toute la société, ici aux Pays-Bas qui vacille.

“La réaction fut effectivement immédiate : mosquées brûlées au nom de Theo, graffitis anti musulamn, violences d’un coté et de l’autre, appels au dialogue non entendus. Deux ans plus tard, le débat sur la validité du modèle d’intégration à la néérlandaise reste ouvert, même si les héritiers populistes de Pym Fortyun apparaissent affaiblis aujourd’hui. Mardi, un an avant les législatives, la victoire de l’opposition de gauche aux municipales a été un avertissement pour la majorité gouvernementale. La population immigrée aurait contribué à ce résultat. En constante augmentation jusqu’en 2003, ils représentent plus de 10% de la population. Sur 16 millions d’habitants, ils sont plus d’un million sept cent mille. Surtout Turcs, Marocains, et des anciennes colonies.

Chez eux, le taux de chômage est trois à quatre fois plus élevé qu’ailleurs . il y a un gros problème de scolarisation selon ce militant d’une association musulmane pour l’intégration: “ Nous parlons de problèmes qui concernent les jeunes, des problèmes générés au niveau des enfants, bien qu’ils soient nés ici, ils sont à la traîne dans la connaissance du langage, ils n’ont pas d’aussi bons résultats à l‘école.”

Pourtant, le système néérlandais a permis une participation croissante des minorités à la vie collective : la communauté turque, par exemple, a crée plus d’un millier d’organisations et associations, la participation des immigrés aux élections, seulement municipales pour l’instant, est en forte hausse. Et ils sont de plus en plus représentés dans les conseils municipaux.