DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Rémission sans violence de l'enseignant preneur d'otage

Vous lisez:

Rémission sans violence de l'enseignant preneur d'otage

Taille du texte Aa Aa

Epilogue pacifique pour la prise d’otage de Sablé-sur-Sarthe, dans l’ouest de la France. Après environ cinq heures de négociations, Nicolas Villepail – professeur contractuel de 33 ans – s’est rendu à la police sans violence. Les vingt lycéens, leur enseignant et les deux surveillants qui étaient retenus prisonniers sont sortis sains et saufs.

“Il est resté calme, on a parlé. On a pu contacter nos parents, au début en secret par texto et après il nous a dit qu’on pouvait les appeler”, raconte l’une des élèves libérés. “Il a dit qu’il ne nous voulait aucun mal, il a posé son arme et puis on a commencé à parler avec lui. De tout et de rien. On parlait de ce qu’il aimait, de ce qu’on aimait, de nos passions”, précise un autre. Discuter, et surtout être écouté. Telles semblaient être les principales motivations du forcené, qui était armé d’un pistolet. Explications du préfet de la Sarthe : “Il avait des problèmes, il avait besoin de discuter, de parler. Tous les aspects de la négociation dans ces cas là, c’est de l’amener à exprimer ce qui le fait souffrir, discuter avec des gens en qui il a confiance et l’amener à constater que ce qu’il fait est une énorme bêtise et qu’il faut qu’il arrête”. Nicolas Villepail souhaitait s’adresser principalement à François Fillon, ancien maire de la ville et ex-ministre de l’Education. Il était sous médicament et sous l’emprise de l’alcool, ce qui l’a probablement amené à passer à l’acte.