DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Troisième anniversaire de la mort de Djindjic, le "tombeur" de Milosevic

Vous lisez:

Troisième anniversaire de la mort de Djindjic, le "tombeur" de Milosevic

Taille du texte Aa Aa

Les parcours de Zoran Djindjic et de Slobodan Milosevic se télescopent une nouvelle fois. Au lendemain de la disparition de l’ex-président yougoslave, les Serbes pleurent la mort tragique, il y a trois ans jour pour jour, de l’ancien Premier ministre réformateur qui avait livré Milosevic au tribunal de La Haye. Plusieurs centaines de personnes, dont le président serbe Boris Tadic, ont bravé la pluie dimanche pour déposer des gerbes de fleurs sur la tombe de Djindjic dans le grand cimetière de Belgrade. Le chef du gouvernement avait été tué par balles par un inconnu dans le centre de la capitale serbe.

En revanche, aucune grande manifestation publique n’a eu lieu en hommage à Milosevic. “Ce n’est pas une coïncidence, estime un Serbe, s’il est mort au moment de l’anniversaire de l’assassinat de l’ex-Premier ministre Djindjic”.“Je n’oserai même pas envoyer un chien serbe à La Haye, critique une femme. Je suis très triste”. La disparition de Milosevic risque en fait de provoquer un sursaut nationaliste en Serbie. Son héritage politique reste bien ancré dans le pays. La presse populaire dominicale a tiré à boulets rouges sur le TPI avec des gros titres comme “La Haye a tué Milosevic”. Le Parti socialiste serbe, formation que Milosevic dirigeait, fait déjà de l’ancien homme fort de Belgrade un martyre. Il a ouvert des livres de condoléances pour ses admirateurs et réclame qu’il soit enterré en Serbie.