DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'essai clinique d'un nouveau médicament tourne au cauchemar à Londres

Vous lisez:

L'essai clinique d'un nouveau médicament tourne au cauchemar à Londres

Taille du texte Aa Aa

Six hommes sont en soins intensifs après avoir testé à Londres, sous la supervision de l’organisme Parexel, le TGN 1412, un produit conçu pour lutter contre la leucémie, la polyarthrite rhumatoïde et la sclérose en plaques. Deux des patients sont dans un état critique.

Selon un responsable scientifique de Parexel, “il était prévu de donner aux six volontaires une faible dose, ajustée selon leur poids. C’est un test normal pour ce type de médicament, ajoute-t-il. Tester un tel médicament avec des volontaires est une procédure normale dans le cadre des premiers tests sur humains.” L’affaire fait grand bruit en Grande-Bretagne. L’Agence britannique de régulation des médicaments a immédiatement ordonné la suspension de l’essai clinique et ouvert une enquête. L’amie d’un des six patients est sortie traumatisée de l’hôpital de Northwick. Selon elle, le jeune homme âgé de 28 ans avait accepté de participer au test parce qu’il avait besoin d’argent. “Son visage est gonflé comme celui d’Elephant man. Ils recyclent son sang en essayant de le purifier. Tous les organes ont été affectés : ses reins, ses poumons, son foie, son coeur, tout, explique-t-elle. Ils essaient de maintenir tout ça en marche avec leurs machines. Il est sous assistance respiratoire. Les médecins m’ont dit qu’il pourrait mourir à tout moment”. Le plus jeune des six patients a 18 ans. Des milliers de volontaires, souvent des étudiants, participent chaque année à des essais de ce type qui sont en général bien rémunérés et rarement dangereux.