DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

La menace d'une grève générale plane maintenant sur la France

Vous lisez:

La menace d'une grève générale plane maintenant sur la France

Taille du texte Aa Aa

Les syndicats anti-CPE ont en effet lancé un ultimatum de 48 heures à Dominique de Villepin et à Jacques Chirac pour qu’ils abandonnent la loi sur le Contrat première embaûche.

Après les grandes manifestations d’hier, où 500 000 personnes au moins, salariés, étudiants et lycéens, sont descendues dans la rue, les syndicats accentuent la pression. Rémi Jouan, de la CFDT :“On prend un peu de recul, au gouvernement de faire pareil et de nous dire d’ici lundi soir pour qu’en toute connaissance de cause on puisse décider des suites que l’on donne”. Un peu partout ce dimanche des assemblées générales ont eu lieu dans les facultés françaises. Bastien Josserand est étudiant à Dijon : “On va très certainement appeler à la grève générale. On fera aussi le bilan pour voir comment continuer le mouvement, comment on mobilise. Et puis il y aura certainement des débats autour du blocage”. Blocage des universités et des lycées, manifestations, la détermination des anti-CPE ne fléchit pas. Pour eux la réforme doit être retirée, il sera toujours temps ensuite de négocier. Les Français dans leur majorité soutiennent le mouvement, mais pour combien de temps encore? Les violences et le vandalisme peuvent en effet décrédibiliser la revendication anti-CPE. même si les leaders syndicaux tiennent à ne pas être assimilés aux casseurs. “Je suis pour que le gouvernement retire le CPE, mais casser des magasins, ça, non,” explique ce passant. Hier soir comme jeudi cette semaine, les manifestations ont dégénéré, notamment à Paris et à Marseille. Les incidents ont fait 52 blessés à Paris, surtout parmi les forces de l’ordre et la police a procédé à 187 interpellations.