DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les Européens tiraillés entre volonté d'unité et réflexes nationalistes

Vous lisez:

Les Européens tiraillés entre volonté d'unité et réflexes nationalistes

Taille du texte Aa Aa

Un anniversaire dûment célébré pour adoucir un sommet européen chargé d‘électricité… Le président de la Commission José Manuel Barroso fêtait ce jeudi ses cinquante ans, un détail qui n’a pas échappé à la présidence autrichienne de l’Union. Pour le reste aussi les Vingt-Cinq vont tenter de faire bonne figure. Ce sommet est consacré à l‘ébauche d’une politique commune de l‘énergie. Mieux s’unir pour sécuriser ses approvisionnements, sur le principe, tous sont d’accord. Mais cette cohésion risque d‘être court-circuitée par la polémique sur le patriotisme économique. Le gouvernement italien a vu rouge lorsque la France a annoncé une fusion entre Suez et Gaz de France. Un mariage destiné à contrer les vues de l’italien Enel sur Suez. Rome a même tenté en vain de faire adopter par ses partenaires une déclaration dénonçant la montée du protectionnisme en Europe. La France n’est pas la seule concernée. L’Espagne et la Pologne sont aussi intervenues pour mettre à l’abri des fleurons nationaux. Dès lors, ce sommet se résumera-t-il à un affrontement entre interventionnistes et libéraux ? Pas si sûr. Après les ratés de l’Union sur la constitution, le budget ou encore l‘élargissement à la Turquie, un nouvel étalage des divisions serait mal venu. L’accent devrait donc être mis sur les premiers pas concrets vers une politique de l‘énergie à Vingt-Cinq, l’idée étant notamment de diversifier les sources et les fournisseurs.