DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Zapatero à Bruxelles après l'annonce du cessez-le-feu de l'ETA mercredi

Vous lisez:

Zapatero à Bruxelles après l'annonce du cessez-le-feu de l'ETA mercredi

Taille du texte Aa Aa

C’est un Premier ministre espagnol tout sourire qui arrivait ce jeudi à Bruxelles. José Luis Zapatero assiste au sommet européen après l’annonce historique de l’ETA mercredi, qui prévoit un cessez-le-feu dès ce jeudi soir minuit.

Pour couronner le tout, Madrid et Lisbonne ont célébré ce jeudi le vingtième anniversaire de leur entrée dans l’Union européenne. Loin de l’euphorie bruxelloise, le gouvernement espagnol reste prudent. L’ETA a beau annoncer un cessez-le-feu, ses revendications n’ont pas changé, comme le confirme le communiqué du groupe séparatiste publié ce jeudi dans le quotidien basque Gara, proche des nationalistes. L’ETA revendique son droit à l’autodétermination ; en d’autres termes, le droit du peuple basque à décider de son avenir. Le groupe demande également la libération de détenus basques que l’ETA qualifie de “prisonniers politiques”. Inacceptable pour les familles de victimes qui manifestaient encore le mois dernier contre toute éventuelle amnistie. Le représentant de l’association desvictimes du terrorisme s’insurge : “Ce n’est pas la fin du terrorisme. L’ETA n’a pas du tout renoncer à la violence dans le but de se concentrer sur la politique.” La rumeur d’une légalisation de Batasuna, bras politique de l’ETA, court déjà mais les familles de victimes représentent un électorat que le gouvernement socialiste doit ménager en vue des municipales de l’année prochaine.