DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Emotion et recueillement en Argentine

Vous lisez:

Emotion et recueillement en Argentine

Taille du texte Aa Aa

Trente ans après le coup d’Etat militaire qui avait renversé la présidente Isabel Péron le 24 mars 1976, c’est tout le pays qui se souvient ce vendredi. Les cérémonies ont débuté dès jeudi présidées par l’actuel chef de l’Etat, Nestor Kirchner qui a remis une médaille au Colonel Cesio, qui n’a cessé de dénoncer la junte militaire.

Nestor Kirchner a rappelé ce qu’il attendait de l’armée : “L’armée doit être au service de la démocratie et de la défense des droits de l’homme”. Le gouvernement argentin a autorisé l’ouverture des archives des forces armées. Un geste fort qui va faciliter le travail des enquêteurs sur les crimes de la dictature qui a dominé le pays de 1976 à 1983. Cette dictature fut l’une des plus sanglantes du continent. Les organisations de défense des droits de l’homme évaluent à 30000 le nombre de disparus durant ce régime. Parmi elles, les mères et les grands-mères de la place de Mai. Depuis 30 ans, elles manifestent sur cette place symbole de Buenos Aires où elles ont accroché les photos de leurs fils et de leur fille disparus. Une quête inlassable pour connaître la vérité et demander justice aux tortionnaires.