DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Relative continuité politique en Israel

Vous lisez:

Relative continuité politique en Israel

Taille du texte Aa Aa

Le parti centriste Kadima remporte d’une courte majorité les élections législatives en Israel. Il enlève 28 sièges sur les 120 que compte la Knesset. Et les Israéliens disent ainsi oui au plan de séparation d’avec les Palestiniens voulu par le chef de Kadima et premier ministre par intérim Ehud Olmert. La politique du pays devrait donc s’inscrire dans la continuité de celle entamée par Ariel Sharon, à savoir la fixation unilatérale des frontières de l’Etat hébreu avant 2010.

Mais Kadima va devoir s’allier à d’autres formations pour gouverner. Et notamment avec le parti travailliste, arrivé deuxième, avec 20 sièges. Le parti d’Amir Peretz, qui a largement fait campagne sur des enjeux sociaux, comme la lutte contre la pauvreté, devrait être bien représenté dans la future coalition. A droite, le Likoud subit une défaite historique. Le parti de Benyamin Netanyahou ne remporte que 11 sièges – il en détenait 38 dans la précédente assemblée. La surprise est en particulier venue de la formation russophone d’extrême droite Israel Beitenou, qui obtient 12 sièges. Le parti des retraités Guil, nouveau venu sur la scène politique israélienne, fort de ses 7 sièges, pourrait faire partie de la coalition et lui donner une majorité absolue.