DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Allemagne : la reconversion de Gerhard Schröder au service de Gazprom suscite à nouveau la polémique

Vous lisez:

Allemagne : la reconversion de Gerhard Schröder au service de Gazprom suscite à nouveau la polémique

Taille du texte Aa Aa

Un porte-parole du ministère allemand de l’Economie a confirmé samedi que, fin octobre, une commission interministérielle avait accepté que l’Etat se porte garant d’un prêt d’un milliard d’euros accordé au géant russe par deux banques allemandes. A cette époque Gerhard Schröder expédiait les affaires courantes après sa courte défaite électorale face à la chrétienne-démocrate Angela Merkel.

L’ancien chef du gouvernement a plaidé sa bonne foi affirmant ne pas avoir été au courant de cette décision. Gerhard Schroeder a également précisé que Gazprom avait refusé ce crédit et donc cette offre de garantie. Il a dénoncé des manoeuvres politiques. Des explications jugées insuffisantes par une partie de la classe politique allemande qui a exigé des éclaircissements, voire pour certains sa démission. Gerhard Schroeder avait déjà été très critiqué pour avoir accepté la présidence du conseil de surveillance du consortium germano-russe chargé de construire un gazoduc sous la mer Baltique, dont Gazprom détient 51%. Poste où il a été élu jeudi et pour lequel il touchera 250 000 euros par an. La presse allemande et notamment le quotidien Süddeutsche Zeitung qui a révélé l’information sur la garantie du prêt souligne son caractère inhabituel. L’Etat allemand se portant garant aussi bien pour le risque politique qu‘économique et pour une société à majorité étrangère.