DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Jill Carroll forcée de mentir pendant sa captivité en Irak

Vous lisez:

Jill Carroll forcée de mentir pendant sa captivité en Irak

Taille du texte Aa Aa

Manipulée, menacée, contrainte de tenir des propos conciliants : Jill Carroll lève le voile sur ses 12 semaines de détention en Irak. La journaliste américaine de retour samedi sur la base de Ramstein en Allemagne, a pu librement exprimer sa colère contre ses ravisseurs. La jeune femme de 28 ans a dû ainsi critiquer son pays et faire l‘éloge de la rébellion irakienne. La pression était telle qu’elle a continué à mentir même après sa libération. Le patron de son journal le “Christian Science Monitor” a lu un extrait de sa déclaration. “Au cours de ma dernière nuit de captivité, mes ravisseurs m’ont forcée à participer à une vidéo de propagande. Ils m’ont dit qu’ils me laisseraient partir si je coopérais. Je vivais dans un environnement menaçant sous leur contrôle, et je voulais rentrer chez moi en vie. Alors j’ai accepté”. Jill Carroll a été libérée jeudi dernier.