DERNIERE MINUTE

Vous lisez:

Londres et Dublin perdent patience face à l'impasse nord-irlandaise


monde

Londres et Dublin perdent patience face à l'impasse nord-irlandaise

Réunis à Armagh, capitale ecclésiastique catholique et anglicane de l‘île, le Premier ministre irlandais et son homologue britannique donnent aux élus d’Ulster juqu’au 24 novembre pour former un gouvernement mixte.

Après 10 ans de négociations conduites par Bertie Ahern et Tony Blair, le chef du gouvernement britannique fixe les conditions de l’ultimatum : “Nous avons aujourd’hui mis en place le calendrier du processus qui débutera le 15 mai pour s’achever en novembre de cette année afin qu’une décision finale soit prise.” Londres et Dublin menacent de suspendre les négociations si les élus nord-irlandais échouent à former un gouvernement. “Notre stratégie est la meilleure opportunité de parvenir à la décentralisation du gouvernement nord-irlandais cette année, explique Bertie Ahern. Personne ne peut y voir autre chose qu’une tentative honorable et juste de faire en sorte que les parties fassent ce pour quoi ils ont été élus”. Dès le 15 mai, l’Assemblée semi-autonome de Belfast rouvrira ses portes. Une Assemblée née en 1998, grâce aux accords du “Vendredi Saint” mais suspendue depuis 2002 pour cause de désaccords insurmontables entre catholiques et protestants. Cette nouvelle feuille de route est présentée trois jours à peine après le meurtre d’un ancien espion britannique, Denis Donaldson, qui avait infiltré l’IRA. Signe que les tensions sont loin d‘être apaisées en Irlande du Nord, Ian Paisley, le leader protestant du Parti démocratique unioniste, a d’ores et déjà critiqué “l’ingérence de Dublin”. Le leader du Sinn Féin, bras politique de l’IRA, appelle lui les unionistes à accepter le plan. Gerry Adams en a en outre profiter pour rappeler les “énormes concessions” faites, selon lui, par l’Armée républicaine irlandaise en acceptant de désarmer, en juillet dernier.
Plus d'infos:

Chaque histoire peut être racontée de plusieurs manières differentes : retrouvrez les perspectives des autres journalistes d'euronews dans nos autres équipes linguistiques.

Prochain article

monde

Thaksin Shinawatra a finalement décidé de démissionner, après un long bras de fer avec l'opposition