DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Dernier jour d'une campagne électorale à couteaux tirés

Vous lisez:

Dernier jour d'une campagne électorale à couteaux tirés

Taille du texte Aa Aa

Dernier jour de campagne en Italie sur fond d’attaques multiples de Berlusconi contre Prodi avant les législatives de dimanche et lundi. Silvio Berlusconi clôturera sa campagne ce vendredi à Naples aux côtés de ses alliés de la coalition de la Maison des Libertés. Romano Prodi sera lui à Rome.

Jeudi, le président du Conseil sortant a de nouveau enflammé les débats avec la gauche. Après avoir notamment traité les électeurs de Prodi de “couillons” et appelé les catholiques à voter contre le chef de l’opposition, Il Cavaliere s’en est pris à la presse, aux grandes entreprises, aux banques et aux juges. Tous accusés de s’allier pour le faire perdre. Silvio Berlusconi s’est présenté comme un martyr de la démocratie et a dénoncé une utilisation politique de la justice dans le but de le discréditer. Il a dressé un réquisitoire contre le parquet de Milan qui enquête sur sa possible implication dans une affaire de corruption. Et Il Cavaliere a affirmé que les libertés fondamentales seraient menacées en cas de victoire de la gauche. Les dirigeants de l’opposition ont accusé Berlusconi d’avoir perdu son sang-froid face à l‘éventualité de sa défaite. Son rival, Romano Prodi lui a répondu immédiatement en rappelant l’indépendance des juges. “Moi je dis tout simplement que j’ai et j’aurai toujours confiance dans notre magistrature et que notre pays est un Etat démocratique”. L’ancien président de la Commission européenne a même ironisé en déclarant que “Berlusconi avait tous les instruments de contrôle entre ses mains. Et Prodi d’ajouter mais que craint-il ?” Peut être une défaite sur le fil car le scrutin s’annonce très serré. Berlusconi a même demandé à l’ONU l’envoi d’observateurs internationaux pour empêcher selon lui toute fraude électorale.