DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Berlusconi ou Prodi, c'est l'heure de vérité en Italie

Vous lisez:

Berlusconi ou Prodi, c'est l'heure de vérité en Italie

Taille du texte Aa Aa

47 millions d‘électeurs votent ce dimanche jusqu‘à 22h et lundi de 7h à 15h pour départager la Maison des Libertés, la coalition de centre-droit du Président du Conseil sortant et l’Unione, l’alliance de centre-gauche conduite par le chef de l’opposition. Les Italiens votent à la proportionnelle pour élire leur députés et leurs sénateurs. Le scrutin s’annonce très serré à l’issue d’une campagne électorale très agressive et ponctuée d’insultes.

Silvio Berlusconi s’est présenté comme un martyr, accusant tour à tour la presse, les juges et le patronat de vouloir sa perte. Le Président du Conseil a traité les électeurs de centre-gauche de “couillons” et son adversaire “d’idiot utile au service des communistes” et prédit l’apocalypse en cas de victoire de l’Unione. Romano Prodi, ancien président de la Commission européenne a comparé son adversaire à “un ivrogne agrippé à un lampadaire”. Il a dénoncé les faux semblants de Berlusconi notamment sa promesse de supprimer l’ICI, la taxe communale sur les résidences. Le bilan d’Il Cavaliere est très contesté. En 2001, Berlusconi avait promis un miracle économique aux Italiens. Cinq ans plus tard, la croissance est à la traîne de la zone euro et le pouvoir d’achat en baisse. Mais Berlusconi séduit toujours. Un électeur de Rome estime ainsi qu’“il vaut mieux un chef d’entreprise à la tête du pays plutôt que des professionnels de la politique”. A Naples, dans le sud du pays, certains électeurs sont désabusés à l’image de ce pêcheur. “Il est dégoûtant que les politiques ne voient pas comme le sud du pays est dégradé”, dit-il. D’autres ne veulent plus entendre parler de Berlusconi comme ce jeune napolitain, “Je vais voter car une fois pour toute nous voulons nous débarasser de ce gouvernement qui selon moi a ruiné le pays”. Berlusconi et Prodi comptent eux sur les 4 millions d’indécis pour faire la différence en espérant qu’ils préfèrent les urnes à la plage…