DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Plus de seize millions d'électeurs péruviens appelés aux urnes ce dimanche

Vous lisez:

Plus de seize millions d'électeurs péruviens appelés aux urnes ce dimanche

Taille du texte Aa Aa

Le vote est obligatoire au Pérou. Ceux qui ne feront pas le déplacement pour la présidentielle devront s’acquitter d’une amende de 33 euros. Autre mesure électorale, la vente d’alcool est interdite depuis vendredi et le restera jusqu‘à lundi, histoire que les électeurs gardent les idées claires.

Pour que tout le monde puisse voter dans ce pays andin, les autorités ont dû mobiliser 53 000 policiers et soldats, chargés d’apporter les urnes aux zones les plus reculées. Les bulletins sont transportés par voie maritime, aérienne ou terrestre. Parfois même à l’aide de mulets. Le Président sortant du Pérou, Alejandro Toledo, laisse une économie en excellente santé avec une croissance de 6,6%. Des chiffres qui n’ont pas empêché sa côte de popularité de chuter irrémédiablement. La population avait élu un métis en rêvant de réformes sociales. Réformes que Toledo n’a pas entreprises. Du coup le président sortant ne se représente pas et c’est un ancien militaire qui pourrait bien prendre la tête du scrutin. Ollanta Humala, nationaliste de gauche qui a dirigé un soulèvement contre l’ancien président Fujimori, en 2000, est crédité d’au moins 26 % des intentions de vote. Il est suivi de très près par deux autres candidats. La démocrate-chrétienne Lourdes Flores et l’ancien président social-démocrate Alan Garcia.