DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'armée russe pointée du doigt par le Conseil de l'Europe

Vous lisez:

L'armée russe pointée du doigt par le Conseil de l'Europe

Taille du texte Aa Aa

Mauvais traitements, brimades, maladies non soignées, parfois même suicides… Ce serait le quotidien des jeunes appelés dans l’armée russe. Une situation dénoncée par le Conseil de l’Europe qui demande à tous ses Etats-membres, a compris la Russie, d’assurer le respect des droits de l’homme dans leurs forces armées.

L’organisation paneuropéenne réclame par exemple la mise en place d’associations professionnelles représentant les soldats ou le droit à se déclarer objecteur de conscience à tout moment. En Russie, le service militaire, d’une durée de deux ans, sera raccourci. Une réforme est à l‘étude, comme l’explique le chef de la délégation russe au Conseil de l’Europe :

“L’existence de l’armée russe en tant qu’armée basée sur la conscription est dépassée. Cette armée est inefficace et elle absorbe trop de moyens. Voilà pourquoi le projet de réforme mis en place par le ministère de la Défense et soutenu par la majorité parlementaire consiste à passer à une armée sous contrat à partir de 2008 et à réduire la durée du service militaire à un an.”

La professionnalisation des armées. Une tendance qui gagne de nombreux pays d’Europe, ce qui ne met pas fin pour autant aux pratiques de bizutage et aux sévices. Dans son rapport, le Conseil de l’Europe cite notamment le Royaume-Uni, la France et la Pologne. Loi du silence oblige, ces actes restent la plupart du temps impunis.