DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Italie: la guerre des nerfs

Vous lisez:

Italie: la guerre des nerfs

Taille du texte Aa Aa

Rien de tel qu’un jogging pour se décharger des tensions. Et Romano Prodi, le chef de l’opposition italienne a de bonnes raisons de courir: sa victoire déclarée aux législatives est vivement contestée par son adversaire Silvio Berlusconi. Et c’est une guerre des nerfs qui se joue entre les deux hommes. “Il est incapable de perdre, d’admettre que nous avons gagné explique Romano Prodi. Il ne le fera jamais. Il est absolument incapable d’admettre la vérité. C’est comme il y a 10 ans, il fait la même chose aujourd’hui.”

Romano Prodi se dit certain de sa victoire. Il faudra néanmoins attendre les résultats définitifs pour mettre fin au suspens, probablement ce week-end. En attendant la presse italienne se délecte des déclarations fracassantes du Cavaliere qui dénonce des fraudes et réclame le recomptage de près de deux millions de bulletins. Dans cette bataille des votes, Silvio Berlusconi n’a plus le soutien inconditionnel de ses alliés politiques. Certains se sont dissociés aujourd’hui de ses efforts pour remettre en cause la victoire étroite du centre-gauche. Ils commencent même à envisager une défaite. Selon les derniers chiffres, l’“Unione” de Prodi a obtenu 348 sièges sur 630 à la Chambre des députés. Au Sénat, la coalition de centre-gauche a deux sièges s’avance sur celle de Berlusconi.