DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Le Tchad, un pays à risque

Vous lisez:

Le Tchad, un pays à risque

Taille du texte Aa Aa

Ce sont les rebelles du Front Uni pour le Changement, le FUC, qui ont tenté une percée dans la capitale du Tchad ce jeudi. En décembre dernier, les troupes avaient déjà lancé une offensive contre la ville d’Adré, dans l’extrême Nord du pays. L’armée tchadienne avait repoussé les rebelles, mais selon Mahamat Nour, capitaine du Rassemblement pour la Démocratie et la Liberté (RDL), cette offensive leur avait servi pour se fournir en armement :

“Nous avons trouvé beaucoup d’armes, ces armes sont venues de l’armée nationale tchadienne, beaucoup. Vous savez la majorité de nos officiers supérieurs sont venus récemment de l’armée de Déby”. Ici, la plupart des rebelles appartient à l‘éthnie tama, originaire de l’Est du pays. Selon le président Idriss Déby, issu de l‘éthnie zaghawa, le RDL estsoutenu par le Soudan voisin. Dans ses rangs, des déserteurs de l’armée mais aussi beaucoup de civils, comme cet ancien gouverneur de la province de Kanan : “Pendant 15 ans, nous avons servi un individu, une personne, maintenant nous voulons être au service de l’Etat tchadien.”

Ancienne colonie française, le Tchad est indépendant depuis 1960. Mais la France y a gardé une grande influence politique et économique. L’actuel président Déby peut d’ailleurs compter sur le soutien de Paris. Depuis l’indépendance, la France a gardé une présence militaire quasi permanente. Actuellement, 1200 soldats français sont positionnés au Tchad. Leur mission officielle : “soutien au renseignement” du gouvernement et assistance logistique à l’armée. Il y a trois ans, le cinquième pays le plus grand d’Afrique s’est équipé d’un oléoduc reliant ses puits de pétrole à la côte Atlantique, par le Cameroun. Le Tchad fait depuis parti du club des pays exportateurs de pétrole. Pourtant le Tchad reste dans le collimateur de la Banque Mondiale. Pauvreté et corruption y atteignent des records mondiaux. Et surtout en janvier dernier, le parlement a modifié sa loi sur la gestion des revenus pétroliers. La Banque mondiale a depuis suspendu tous ses prêts au Tchad.