DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Les Géorgiens n'acceptent pas l'embargo russe sur leur production viticole

Vous lisez:

Les Géorgiens n'acceptent pas l'embargo russe sur leur production viticole

Taille du texte Aa Aa

A l’instar de la communauté géorgienne de Lituanie, des manifestations ont eu lieu ce weekend pour dénoncer la décision prise fin mars par Moscou d’interdire l’importation de vins et mousseux de Géorgie. Les autorités russes ont prétexté une trop grande quantité de pesticides dangereux dans les vins géorgiens.

Plus récemment c’est l’eau minérale Borjomi, très populaire en Russie, qui a été bannie, à cause d’un problème d‘étiquetage, ont argué les autorités russes. Ce vendeur de vin géorgien n’est pas dupe : “Tout le monde sait qu’il y a du vin géorgien contrefait en Russie. Mais certains politiques se sont servis de cela pour stopper complètement les ventes à la Russie et à cause de cela faire du mal à l‘économie géorgienne”. Beaucoup voient en effet dans ces embargos les conséquences de la volonté de la Géorgie, membre de l’OMC, de bloquer l’entrée de la Russie dans cette organisation. Selon les autorités géorgiennes, les boycotts touchent aussi ses agrumes et son thé. Mais en s’en prenant au vin géorgien, Moscou frappe très dur : jusqu‘à présent en effet, plus de 35% des exportations viticoles de Tbilissi étaient réservées à la Russie. Pour compenser, c’est vers la Chine que la Géorgie tente aujourd’hui de se tourner pour vendre son vin.