DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Pour la presse italienne, Prodi n'est pas au bout de ses peines

Vous lisez:

Pour la presse italienne, Prodi n'est pas au bout de ses peines

Taille du texte Aa Aa

En Italie, la Cour de Cassation à mis fin à la confusion qui régnait depuis 10 jours. Certains journaux s’impatientent maintenant de voir Romano Prodi prendre son poste le plus rapidement possible. Mais la presse italienne fait aussi part des difficultés qu’il va rencontrer à gouverner.

Les divisions au sein de la coalition de centre-gauche se font déjà sentir. Le leader de la Refondation Communiste réclame la présidence de la Chambre des députés. Et hier, le ministre des Italiens à l‘étranger a semé le trouble sur la très courte majorité du centre-gauche au Sénat. Il affirme sans citer de nom que “la majorité de deux voix n’est plus” car l’un des élus censés soutenir Prodi est passé à droite. Silvio Berlusconi lui, ne s’avoue toujours pas battu. Il n’a pas encore félicité le vainqueur, comme le veut la tradition. La nomination du nouveau gouvernement devrait encore prendre plusieurs semaines. L’actuel président de la République préfère laisser la tâche de nommer le nouveau premier ministre à son successeur. Celui-ci ne sera pas en place avant le 18 mai.