DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Lendemains difficiles pour Tony Blair

Vous lisez:

Lendemains difficiles pour Tony Blair

Taille du texte Aa Aa

La presse britannique parle d’un mercredi noir pour le premier ministre britannique. A tout juste une semaine d‘élections municipales très importantes pour le parti travailliste au pouvoir, le gouvernement Blair est éclaboussé par plusieurs scandales et se retrouve sous le feu de vives critiques et de demandes de démission venues de l’opposition.

Norman Baker, député libéral-démocrate : “On voit aujourd’hui l’arrogance du gouvernement travailliste qui reflète ce qui s’est passé avec les conservateurs dans les années 90. Il y a une atmosphère de fin de siècle pour ce gouvernement qui n’a pas l’air de vouloir s’arranger.. L‘électorat va s’en charger”. Tout d’abord c’est John Prescott dont l’opposition réclame la tête. Un tabloïd a révélé la liaison du vice-Premier ministre avec l’une de ses secrétaires. Le n2 du gouvernement a été forcé de s’excuser. Ensuite c’est le ministre de l’Intérieur, Charles Clarke, qui est mis en cause dans une affaire de prisonniers étrangers remis en liberté en Grande-Bretagne alors que la plupart d’entre eux auraient du être expulsés. Charles Clarke lui-même a proposé sa démission mais Tony Blair l’a refusée. Enfin, la ministre de la Santé, Patricia Hewitt, a provoqué un tollé en annonçant devant une conférence d’infirmières et de médecins que le système national britannique avait connu sa meilleure année, alors que la veille, des milliers de suppressions de postes étaient annoncées.