DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Fin de l'ultimatum de l'ONU: l'Iran ne recule pas

Vous lisez:

Fin de l'ultimatum de l'ONU: l'Iran ne recule pas

Taille du texte Aa Aa

Le délai a expiré et l’Iran n’a pas suspendu son enrichissement d’uranium. Le pays ne coopère pas non plus entièrement avec les inspecteurs de l’Agence internationale de l‘énergie atomique. Ce sont les conclusions du rapport que le patron de l’AIEA Mohamed ElBaradeï a remis ce vendredi au Conseil de sécurité de l’ONU. Impossible donc dans ces conditions de déterminer si le programme nucléaire iranien est pacifique ou à objectif militaire. De plus, l’AIEA n’exclut pas que l’Iran ait pu recevoir du plutonium de l‘étranger.

Téhéran avait 30 jours pour se plier aux exigences de la communauté internationale mais depuis le début du bras de fer, le pays a toujours refusé de revenir sur ce qu’il considère être un droit. Le Conseil de sécurité qui n’a jamais brandi de menaces, a la possibilité de décréter des sanctions pour se faire obéir. Mais la diplomatie reste toujours privilégiée. Le président Bush l’a encore répété aujourd’hui tout en affirmant que l’intransigeance de l’Iran sur ce dossier était inacceptable. Le président Ahmadinejad a aussitôt menacé de “changer totalement sa manière de coopérer avec l’AIEA”. Dans le même temps, il a proposé à l’agence onusienne de sûreté nucléaire de fournir un calendrier pour coopérer avec ses inspecteurs. Il pose néanmoins une condition: que le Conseil de sécurité de l’ONU ne surveille pas son application.