DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

L'affaire Charles Clarke embarrasse chaque jour davantage le gouvernement de Tony Blair

Vous lisez:

L'affaire Charles Clarke embarrasse chaque jour davantage le gouvernement de Tony Blair

Taille du texte Aa Aa

Le ministre britannique de l’Intérieur, déjà sur la sellette, a reconnu ce vendredi que 5 prisonniers étrangers qui auraient dû être expulsés à l’issue de leur peine, ont récidivé et commis des crimes graves. Le ministre est en difficulté depuis mercredi, date à laquelle il a avoué que ses services avaient perdu la trace de plus de 1 000 détenus étrangers qui auraient dû être expulsés du Royaume-Uni.

Charles Clark n’est pas le seul ministre de Tony Blair à lui porter préjudice. Les frasques sentimentales du vice-Premier ministre John Prescot avec sa secrétaire et les petites phrases maladroites de Patricia Hewitt, la ministre de la Santé, n’arrangent en rien une popularité fragile dans les sondages. Toutes ces “affaires” placent en tout cas les travaillistes de Tony Blair en mauvaise posture et ce, à quelques jours des municipales en Angleterre. Un mauvais résultat le 4 mai pourrait relancer les appels à un départ anticipé du Premier ministre et peut-être faire grimper le score de l’extrême-droite britannique.