DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

France : Dominique de Villepin contre-attaque et exclut de démissionner

Vous lisez:

France : Dominique de Villepin contre-attaque et exclut de démissionner

Taille du texte Aa Aa

Victime, mais victime qui reste à son poste : telle a été la ligne de défense de Dominique de Villepin. Mis en cause dans l’affaire Clearstream, le Premier ministre français a martelé son indignation, toute la journée d’hier. Du matin au soir, devant les médias, devant les députés. “Comment accepter que le débat politique de notre pays soit pris en otage par des accusations mensongères et des manipulations ?”, a-t-il lancé à l’Assemblée Nationale.

Enquêtes sur des personnalités, lettres anonymes, pots de vins, révélations aussitôt démenties, les noms du président de la République, du chef du gouvernement et du ministre de l’Intérieur cités, le tout sur fond de frégates à Taiwan : difficile de passer à côté du scandale. Le patron des socialistes, François Hollande a interpellé Dominique de Villepin . “ Quelle autorité pour l’Etat ! Comment l’Etat a-t-il pu tomber aussi bas à cause de vous !“La justice mène l’enquête mais du côté des centristes de l’UDF, le député François Sauvadet s’alarme : “ C’est une affaire très grave et très lourde. On voit bien que c’est non seulement une crise de régime mais aussi une crise institutionnelle. Quand on voit que des services peuvent être instrumentalisés pour servir les intérêts de tel ou tel. Il faut absolument que tout la vérité soit faite sur cette affaire.” Une journée marathon qui s’est terminée par un séminaire gouvernemental et une réception. Dominique de Villepin et son ministre de l’Intérieur Nicolas Sarkozy ont fait bonne figure. Reste à savoir pour combien de temps.