DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tony Blair et les travaillistes en danger pour les élections locales partielles

Vous lisez:

Tony Blair et les travaillistes en danger pour les élections locales partielles

Taille du texte Aa Aa

Faire bonne figure et croiser les doigts. C’est ce qu’a fait le Premier ministre britannique Tony Blair ce jeudi, jour d‘élections locales partielles. Jour de défaite annoncée pour les travaillistes. La faute à une série de scandales autour de plusieurs membres du gouvernement. La dernière révélation étant la liaison extraconjugale du vice-Premier ministre John Prescott avec l’une de ses secrétaires. Bref, le Labour s’est mis des bâtons dans les roues, et ce sont les partis d’opposition qui pourraient bien en profiter.

Déjà en 2004, lors du précédent scrutin local, les conservateurs et les libéraux-démocrates étaient arrivés respectivement premiers et deuxièmes, devant les travaillistes. Ils espèrent rééditer cette performance en surfant sur la vague du renouveau. Une vague incarnée par leurs nouveaux leaders, David Cameron pour les conservateurs et Menzies Campbell pour les libéraux-démocrates. La mauvaise posture du Labour pourrait également profiter aux petits partis comme le British National Party, formation d’extrême-droite ouvertement xénophobe. En Angleterre, on n’attend pas de connaître le vainqueur, mais plutôt l’ampleur de la défaite travailliste. La bataille pour la capitale, Londres, est essentielle. Les analystes s’attendent quoi qu’il arrive à un remaniement ministériel dès la semaine prochaine. Pour certains, le débat sur le départ de Tony Blair lui-même serait relancé en cas de véritable déroute.