DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Tony Blair sous la pression de ses amis politiques

Vous lisez:

Tony Blair sous la pression de ses amis politiques

Taille du texte Aa Aa
Vendredi, le Premier ministre britannique a tenté de faire oublier l’idée de son éventuel départ avec un remaniement rapide. Mais aujourd’hui, de nombreux parlementaires de son propre parti réclament à mots à peine couverts un changement tout aussi rapide à la tête du gouvernement. La presse britannique publie aujourd’hui un projet de lettre signée par une cinquantaine de députés travaillistes. Ils y fixent un ultimatum : Tony Blair doit fixer la date de son départ avant la fin de la session parlementaire, cet été. Autre appel, celui d’un homme de poids. Gordon Brown, ministre des Finances, est surtout le prétendant déclaré à la succession de Blair. Pour lui, l‘échec cinglant aux élections locales de jeudi doit mener à une “transition stable et ordonnée”. “C’est un processus de renouvellement, similaire à celui d’avant 1997, que chaque parti doit entreprendre. Nous pourrons ainsi être prêts pour affronter nos problèmes. Ce vote de jeudi est un signal d’alarme, que nous ne pouvons pas ignorer. Ca rend encore plus urgent de faire ce que nous devons faire, c’est-à -dire nous renouveler nous-mêmes pour affronter nos défis à venir.” La période s’annonce difficile pour Tony Blair, probablement la plus dure depuis son arrivée au pouvoir, en 1997. Beaucoup de critiques disent que le remaniement de vendredi ne suffira pas à redonner de la crédibilité au Labour. Aujourd’hui, selon un sondage de la BBC, la moitié des britanniques réclame son départ avant la fin de l’année.