DERNIERE MINUTE

DERNIERE MINUTE

Lutte contre la précarité : réforme de l'emploi sur les rails en Espagne

Vous lisez:

Lutte contre la précarité : réforme de l'emploi sur les rails en Espagne

Taille du texte Aa Aa

Le travail précaire touche 5,3 millions d’Espagnols. Soit 34% des salariés en CDD, la moyenne européenne étant à 15%. Une situation que la réforme veut enrayer grace à la stratégie de la carotte et du baton. D’abord une mesure choc pour réduire le nombre de CDD actuels: elle offre aux entreprises une bonification sur les cotisations sociales de 800 euros annuels pendant un maximun de 3 ans pour tous les CDD qui seront transformés en CDI avant la fin 2006. Ensuite une mesure contraignante : tout salarié ayant enchaîné deux CDD ou plus, pendant au moins 24 mois sur une période de trente mois dans la même société et sur le même poste, aura automatiquement un CDI.

Pour encourager l’embauche en CDI de certaines catégories de chômeurs, la réforme propose des aides sous forme de bonifications sur les cotisations sociales pour les entreprises et les travailleurs independants. Entre 500 et 3.200 euros par an dans la limite de 4 ans selon la catégorie du chomeur embauché: femmes, jeunes de moins de 30 ans, plus de 45 ans, handicapés et contrats de formation.

Des mesures qui, la vice-Présidente du gouvernement, Maria Teresa Fernández de la Vega l’a expliqué, serviront à “augmenter la stabilité de l’emploi face à la précarité, un élèment structurel que nous devons combattre, et il faut le faire sans introduire des rigidités, en gardant la fléxibilité de notre marché du travail”. Pour cela la réforme réduit le coût du licenciement en proposant aux entreprises des CDI dit “de promotion de l’emploi” avec une indemnité de 33 jours par an travaillés au lieu des 45 jours des CDI ordinaires.